Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pourquoi des cafés philo dans la cité ?

  • Pourquoi des cafés philo dans la cité ?

    Courrier internet: g.dru@orange.fr                                                                                                                 

    Bloginternet: http://cafesphilocolloques.hautetfort.com/

    Adresse postale: Agora philo Lyon,6, place Saint Jean, 69005-Lyon, France. 

     

    Pourquoi des cafés philo dans la cité?

     

     

    C'est le titre d'un futur colloque à Lyon, qu'Agora Philo Lyon à l'intention de préparer vers 2010.

    Pour faire quoi, de la philosophie dans la cité?

    Ces deux formulations ont-elles un sens aujourd'hui?

    Je réponds à la fois oui et non. Oui parce que l'homme fut considéré comme l'animal politique et aussi la mesure de toute chose. Réponse indéniable, mais relative au temps de sa présence et de sa finitude, de son coportement affectif et de sa politique. Une politique qui veut maîtriser le temps et les événements.

    Cette première conception du monde trouvait sa plénitude chez les grecs et les orientaux arabes aux premiers temps de la constitution des savoirs philosophiques, ce qui mit une fin aux rationalités mythiques et poétiques. Alors, la cité athénienne avait une politique qui reposait sur les fondements de la liberté de parole instituée et appliquée, élitiste et ségrégative.

    Depuis ces temps anciens, les historiens de la philosophie peuvent constater des survivances de ces lois de la cité, dans différents secteurs et différentes institutions, qui avaient refusé d'emblée la barbarie ou ce qui était désigné par cette appellation. Ce refus et cette lutte étaient arrivés à  terme,en Allemagne, avec la chute mur de Berlin, en 1989. Mais, loin de là que l'effacement de la barbarie se soit généralisé dans le monde.

    Cette lutte qui s'est menée depuis des siècles pour une liberté sociale et organisée, juste et équitable n'a plus de sens maintenant, en raison de la dérèglementation économique, qui est instituée par les groupes financiers et avec la participation des Etats modernes. Si donc, la philosophie croit être une action intellectuelle et sociale, elle doit avoir des lieux pour se transmettre ouvertement, pour s'enrichir de ses  relations publiques et sociales dans la cité.

    Les nouvelles pratiques philosophiques, font que le philosophe ne peut plus se réduire à  l'image d'un maître qui donne des leçons, mais mieux, à celui qui peut en recevoir.

    La philosophie fut toujours estimée pour sa tradition et ces méthodes d'analyse, qui valorisent la pensée pour lutter contre l'ignorance et l'injustice, qui sont dûes aux insuffisances des pouvoirs politiques et religieux. Par l'usage médiatique que l'on fait de l'information politique et publicitaire, un nouvel opium du peuple est commercialisé dans le monde au quotidien, qui paralyse l'esprit  critique et les meilleures initiatives volontaires.  Cette oppression est nouvelle dans l'histoire de l'homme. Le Moi qu'avait dégagé René Descartes, est un véritable problème, lorsqu'il se met au service d'une corruption, ou encore, qu'il croit s'y opposer. L'individu, en ce cas , se rend indisponible pour penser une organisation sociale et une politique qui soutient la vie de tous les êtres vivants. Ce sont les lois ou les profits qui deviennent alors la priorité. Ce n'est pas sans raison, que l'on voir apparaître aujourd'hui les difficultés de la croissance économique dérégulée et la prolifération des actions judiciaires.

    Depuis quelques années, les cafés philos peuvent démontrer que la philosophie transmet des valeurs importantes, souvent oubliées. Ainsi, certains philosophes renoncent à un exil confortable de fonctionnaires,  autrement dit, à l'extinction de leur présence dans la vie citoyenne auprès d'un public affairé, qui certes ne les attend plus ou même pas du tout.

    Ces quelques remarques révèlent la nécessité pour les philosophes d'avoir leur place dans la cité, avec des publics de citoyens qui ont besoin de comprendre ce qu'ils sont dans l'humanité où ils vivent.

    Pour parler et s'entendre, un savoir préalable est nécessaire pour rendre possible les rencontres et savoir opérer un transfert de la civilisation gratuit; qui attend d'être réalisé entre autrui et ma personne.

    Aucun besoin de s'isoler pour le philosophe de l'action. Mieux, c'est d'être dans l'action et de mesurer le malaise de la civilisation, afin d'en limiter certaines de ses instances qui conduisent à la ruine, ou à la disparition certains des résultats déjà acquis par les communautés vivantes et multiples des êtres humains.

     

    Pour conclure, le travail de réflexion des cafés philos, dans ses propres limites, se doit de soutenir les valeurs à la lumière de l'éthique, dégagée de toutes les ambitions partisanes qui trouvent leur cause dans la violence ou dans le mépris, pour justifier leurs ségrégations.

     

    Georges Dru.